Toutes les organisations sont confrontées à la nécessité de faire vivre le débat, et de prendre des décisions, en étant agiles, rapides, capables de saisir des opportunités.
L’université d’Angers n’échappe pas à cette règle et personnels et étudiants souhaitent participer aux décisions qui les concernent, être informés des projets, en être les acteurs. Nous devons permettre tout à la fois le débat mais un temps raisonnable de réunions, une simplification des procédures mais une transparence des décisions, un rôle réel des conseils dans la construction des décisions stratégiques mais une participation du plus grand nombre.
Le défi n’est pas mince, mais le relever et élaborer, au sein d’une université les conditions d’un débat démocratique renouvelé est un enjeu passionnant.

Nos propositions s’articulent autour des principes suivants :

  • Définir une « gouvernance du quotidien » et en rendre le fonctionnement transparent et simple
    • concrètement ceci voudra dire d’une réunion bimensuelle « l’UA au quotidien » dont l’OJ sera public, pourra être enrichi de questions adressées au préalable, et dont le compte rendu sera disponible immédiatement pour l’ensemble du personnel
  • Réserver du temps à la gestion des projets et mieux associer les élus des conseils centraux et l’ensemble des personnels et étudiants. Il s’agira d’une part de quelques projets transversaux, lignes de forces du prochain projet d’établissement et d’autres part de tous les projets nés des différentes composantes, des laboratoires, des associations étudiantes. Chaque projet sera accompagné par un élu des conseils centraux ; CA ou CAC selon leur nature seront associés à leur élaboration et en valideront les différentes étapes. Tous les personnels et étudiants de l’UA pourront exprimer leur souhait de participer à leur pilotage et a leur mise en œuvre
    • Concrètement, ceci voudra dire un tableau de bord des projets accessible à tous, un fonctionnement renouvelé des conseils avec des élus « rapporteur » des projets et une journée semestrielle banalisée pour permettre la participation de tous.